L’œil des zoulettes : « Mais où sont passées mes testicules ?! »

Chers lecteurs de FDP de la Mode, comme nous l’évoquions dans un précédent article, de grosses menaces planent au dessus de notre société ! Outre la crise économique, la sale gueule de Daphne Bürki et la sortie de l’album de Sexion d’Assault, il est temps de mettre le doigt sur un des tabou de notre environnement quotidien : la pédalerie galopante au sein d’une catégorie d’hommes jusque là à l’abri de ce type de considérations, le mâle viril ou comme souvent nommé au sein de la rédaction de FDP de la Mode, le mac.

Pour être un mac (à ce sujet, je ne saurais trop vous conseiller de suivre les conseils ordres de mon cher collègue, Papacito), il est nécessaire de posséder certaines qualités : la plus centrale est tout de même un physique assez imposant, dégageant une dose remarquable de phéromones, capable d’anéantir un troupeau de Pussycats Dolls de Ouarzazate d’un seul mouvement digne d’un danseur de flamenco…De fait, le mac est viril, dominant, et les jeunes âmes, pures et chastes ne demandent qu’à s’y frotter afin de connaître la profondeur de leur côté obscur.


Cependant, et c’est là mon propos, cette valeur sûre est désormais en danger…Pourquoi ? Serait ce dû à la libération de la femme ? La crise économique ? Et bien pas du tout chers lecteurs ! Les femmes, trop longtemps confrontée à la pédalerie glissante de leurs conjoints se sont fait une raison, et ont donc décidées de porter les burnes que leurs compagnons abandonnaient aux vestiaires de leur salle de fitness, où la seule idée de soulever de la fonte de plus de 2kg350g leur donnaient des diarrhées chroniques, pour finalement se diriger vers le cours de Zumba de Juanito, l’animateur mexicain, rapporté d’une croisière gay dans les Caraïbes…

Portants désormais la culotte (ou le slip kangourou, question de point de vue), les femmes en sont venues à imposer leurs directives dans le couple, et les macs n’ayant pas vu venir la déferlante, se sont laissés entrainer par le mouvement [les autres ayant succombé depuis bien longtemps à l’appel des sorties sushis-bibliothèques ou autres journées spa-massage…]. Ce qui peut donner des exemples bien triste, comme celui de Ricky, jadis fan de boxe, de combats de rottweiler, de virées en Mercedes, qui ne rêve désormais qu’à  sa prochaine virée en forêt sur son nouveau B-Twin, récemment acquis dans une brocante, où il flânait après son rituel brunch dominical…Ou encore, celui d’Abdel, devenu Grégory, qui a vendu son T-Max pour un putain d’fixie, troqué ses Sergio Tacc’ et autres Ellesse contre des T-shirts American Apparel et la collection hiver-été Zara, sur les ordres de Charlotte, le « nouvel ange qui a atterrit dans sa vie ». Les exemples se multiplient jour après jour, aussi, je vous recommande la plus grande vigilance, vous qui tentez par tous les moyens d’échapper au slim vert fluo, à l’écharpe rose et aux bottines cloutées de Pete Doherty…Allez, bon courage, bande d’enculés, va !

Sara Vage


6 notes
Article Précédent | | Article Suivant